Skip to main content

Il y quelques semaines, j’ai vu sur mon fil d’actualité Facebook des publications de l’organisation des Selects du Nord qui révèlaient les gagnants de la catégorie « Meilleur joueur de son équipe ». Le premier réflexe que j’ai eu c’est de me demander comment ils pouvaient nommer un meilleur joueur quand il n’y a aucun joueur qui a fait un seul point! Rapidement, j’ai trouvé cette idée géniale et ça représente exactement ce que je pense.

Déborder de talent et avoir des bonnes statistiques, c’est un ingrédient de la recette mais ça prend beaucoup plus que ça pour devenir un joueur exceptionnel. En identifiant un meilleur joueur pour chaque équipe de sa structure, les Selects du Nord ont décidé de reconnaître le joueur qui s’est démarqué par son éthique de travail, son attitude, son leadership, sa capacité à surmonter l’adversité et sûrement plusieurs autres points qui étaient important pour eux de souligner.

Le Blizzard de La Magdeleine Juvénile D1 et D2, une institution avec laquelle je travaille, l’a aussi fait en nommant un joueur méritant du secondaire 4 et un du secondaire 5 à chaque étape de l’année scolaire. C’était vraiment une année importante pour reconnaître le travail des joueurs qui se sont démarqués sans jouer un seul match. Il y a sûrement d’autres organisations au Québec qui l’ont fait et je tiens à vous féliciter. Bravo!

Le repêchage de la LHJMQ
C’était la première fois de l’histoire de la ligue qu’un repêchage se tenait sans que les joueurs n’aient disputé une seule partie. Je n’aurais pas aimé être un dépisteur cette année… C’est assez difficile d’évaluer des joueurs sans avoir la chance de les voir en situation de match… Pour les premières rondes, ce sont souvent des joueurs qui ont été identifiés comme des joueurs exceptionnels depuis quelques années qui ont été repêchés. Cependant, à partir de la 4ème ou 5ème ronde, quels sont les critères sur lesquels les recruteurs pouvaient se baser pour faire les bons choix?

Cette année, les entraîneurs ont aussi joué le rôle de recruteur! Ce sont eux qui ont pu faire des rapports aux équipes de la LHJMQ sur l’attitude, l’éthique de travail, le leadership ou encore la réaction face à l’adversité de leurs joueurs. Au-delà des statistiques, les équipes ont dû se baser sur d’autres critères parce qu’il n’y en avait pas de stats!

J’en ai parlé pendant toute la saison aux joueurs des équipes avec qui j’ai travaillé et à tous ceux que j’ai vu en coaching… Sur quoi peux-tu travailler en ce moment même si tu ne joues pas de parties? Qu’est-ce que tu peux démontrer à chaque jour pour te faire remarquer? Je suis quand même persuadé qu’il y en a plusieurs qui sont passés sous le radar cette saison… Plus qu’à n’importe quel autre moment dans l’histoire de la LHJMQ!

Il n’y a rien de terminé pour toi
Si tu n’as pas été repêché ou si tu l’as été dans les dernières rondes, retrousse-toi les manches et concentre-toi à connaître une grosse période estivale de préparation pour être prêt à tout casser au prochain camp d’entraînement! C’est certain qu’il y a des chances que tu aurais pu monter dans l’estime des recruteurs si tu avais joué des parties… Ce n’est pas arrivé et tout le temps que tu perds à te sentir découragé et sans espoir, c’est du temps que tu perds à être prêt à causer une surprise lorsque tu participeras à un camp de la LHJMQ. À toutes les années, il y a des joueurs invités et des joueurs repêchés dans les dernières rondes qui font l’équipe! Et pour tous ceux qui leur reste une saison au niveau Juvénile ou M18 AAA, sois prêt à connaître la meilleure saison de ta carrière!

Si tu n’as pas encore reçu un appel pour une invitation à un camp, vas la chercher ton invitation! J’ai commencé à 17 ans dans la LHJMQ pour me faire rétrograder au niveau Junior AAA après quelques mois. Même si j’ai connu une très bonne saison dans le Junior AAA, j’ai été libéré par les Faucons de Sherbrooke. Je l’ai appris au repêchage de la LHJMQ. Ça été un choc mais je ne me suis pas laisser abattre… Quelques minutes après avoir appris la nouvelle, je me suis rendu à la table du Collège Français de Verdun. J’ai donné mes informations à Alain Rajotte, le coach de l’équipe à l’époque et je lui ai dis de faire des recherches sur moi. Quelques jours plus tard, j’étais invité au camp du Collège Français. J’ai fait l’équipe et j’ai n’ai plus jamais joué un seul match dans le Junior AAA jusqu’à la fin de mon stage junior.

J’ai participé à deux camps de la LNH par la suite et connu une carrière professionnelle de 13 ans. J’aurais pu baisser les bras mais je ne l’ai pas fait. Je n’avais aucun doute que je pouvais jouer dans la LHJMQ et continuer de croire en mon rêve a été une des meilleures décisions que j’ai prise de toute ma vie.

Oui ça se peut que tu ne te sois pas fait assez remarquer cette saison… Oui au-delà des statistiques, tu aurais pu en démontrer plus mais il n’est pas trop tard… Défonce les portes !!! Tu dois refuser de croire que ta carrière est terminée à 15 ou 16 ans! Je t’invite à trouver des joueurs québécois pour qui le parcours vers la LNH a été difficile… Fais des recherches! Il y a plein d’exemples! Tu as tout en toi pour être capable de laisser ta marque… Ta carrière va se terminer lorsque tu vas décider de le faire. Ce n’est pas un repêchage qui a le pouvoir de définir ta valeur en tant que joueur de hockey… C’est toi qui en as le pouvoir!

Si tu veux en connaître davantage sur le conditionnement mental… Suis-moi sur Facebook!