Dans ma conférence sur l’esprit d’équipe et en coaching individuel, je parle souvent aux joueurs de valoriser son rôle. Je n’aime pas l’expression « accepter son rôle » et selon moi, « valoriser son rôle » a une bien meilleure signification. Accepter son rôle, c’est comme si tu devais avaler quelque chose même si ça passe de travers! Il existe peut-être un lien avec le fait que j’ai été un joueur de soutien tout au long de ma carrière et que j’ai souvent eu de la difficulté à accepter mon rôle mais c’est comme ça que je le perçois. Valoriser son rôle a une connotation beaucoup plus positive et signifie être fier de la contribution que tu apportes à l’équipe peu importe le nombre de présences que tu fais dans une partie, du rôle que tu occupes dans l’équipe ou du nombre de fois que tu inscris ton nom sur la feuille de pointage. Les joueurs d’impact doivent aussi valoriser leur rôle. Ce sont eux qui devront élever leur jeu d’un cran lorsqu’il sera le temps de compter un gros but, réaliser un gros arrêt ou être un leader quand l’équipe traversera des moments difficiles.

Équipe Canada Junior
Le championnat mondial de hockey junior est un événement sportif que je suis avec beaucoup d’intérêt à toutes les années. J’ai regardé la partie quart-de-finale entre le Canada et la Slovaquie qui s’est terminé 6 à 1 en faveur du Canada. Il n’y a aucune compétition où les joueurs doivent se sacrifier autant pour l’équipe et retirer une grande fierté de leur contribution même s’ils ne jouent pas beaucoup. Pourquoi? La raison est bien simple…Tous les joueurs d’Équipe Canada Junior sont des joueurs vedettes souvent repêchées dans les premières rondes au repêchage de la LNH et qui ont beaucoup de temps de glace dans leurs équipes juniors respectives. Pour deux semaines, certains d’entre eux devront jouer sur la 4ème ligne, être le 6ème défenseur ou le gardien substitut. Un rôle qui peut être très difficile à accepter pour des joueurs qui sont habituellement les meilleurs de leur équipe. Pour ce qui est des joueurs qui ont beaucoup de temps de glace et des leaders de l’équipe, ils doivent être en mesure de gérer la pression et de briller dans les grands moments. Alexis Lafrenière, qui faisait un retour au jeu, a joué un gros match avec un but et une passe et le capitaine d’Équipe Canada Barrett Hayton a inscrit deux buts et une passe. Les 3 autres buts ont été marqués par 3 joueurs différents incluant un défenseur. Une équipe, c’est comme un gros casse-tête et tous les joueurs doivent prendre leur place pour permettre à leur équipe de gagner. Le Canada vient d’atteindre la ronde des médailles pour la 20ème fois en 22 ans… Absolument incroyable!

Pour progresser dans ta carrière
Je vais également te donner des exemples de joueurs de la LNH qui ont dû porter des ajustements à leur rôle pour s’établir dans la ligue. À l’époque où je jouais, Francis Bouillon, Steve Bégin et Ian Laperrière ont été de bons exemples. Ils avaient déjà une identité de guerrier même s’ils occupaient des rôles de premier plan dans leur équipe junior. Lorsqu’ils sont arrivés dans le monde du hockey professionnel, ils sont devenus des joueurs de soutien prêts à se sacrifier pour l’équipe à tous les soirs pour devenir des joueurs de la LNH. Je suis persuadé que ces 3 joueurs ont toujours gardé une attitude irréprochable même si leur rôle avait changé. Ian Laperrière est l’exemple le plus frappant… Une saison de 140 points à 18 ans et une saison de 113 points à 19 ans avec les Voltigeurs de Drummondville dans la LHJMQ! Pour connaître une carrière de plus de 1000 parties dans la LNH, il a redéfini son rôle et il est devenu un des plus grands guerriers de son époque.

Plus tu vas monter dans le monde du hockey et plus tu vas ressentir que c’est comme un entonnoir… Le talent, les forces et les qualités que tu dois avoir pour jouer sur les deux premières lignes, faire partie du Top 4 à la défensive ou être un gardien de but No.1 dans la LNH, peu de joueurs les possèdent. Cependant, il n’y a rien de terminé pour toi. Le hockey est un sport de spécialistes… Ça se peut que tu sois un joueur moins offensif qu’un de tes coéquipiers et que tu te rendes plus loin que lui. C’est ta capacité de t’ajuster et de te réinventer qui peut faire en sorte que tu connaisses une longue carrière. Au Québec, on valorise beaucoup la production offensive d’un joueur mais il y a tellement d’autres forces et qualités qui vont t’aider à progresser dans le monde du hockey. Être responsable défensivement, avoir un bon sens du hockey, l’éthique de travail, un coup de patin exceptionnelle, du leadership ou une mentalité de guerrier sont des exemples de qualités qui sont recherchées par les recruteurs, les dirigeants et les entraîneurs d’équipes juniors, collégiales, universitaires et professionnelles.

Sois fier du rôle que tu as à jouer dans ton équipe. Sois fier de ton identité de joueur. Celle qui t’a permis de connaître du succès et de te rendre au niveau où tu es rendu. Et surtout, pose-toi ces questions : « Quel genre de joueur dois-je être pour continuer à progresser dans le monde du hockey? Qu’est-ce que je dois améliorer? Qu’est-ce que je dois démontrer pour me rendre indispensable à une équipe? » C’est en se posant ce genre de questions que tu vas pouvoir atteindre ton plein potentiel. Il n’y a pas que des Sidney Crosby et des Connor McDavid qui se rendent à la LNH. Exploite tes forces et travaille sur les points que tu dois améliorer tout en restant dans ton identité. Tu vas être surpris où ça pourrait te mener…

 Si tu veux en connaître davantage sur le conditionnement mental… Suis-moi sur Facebook!