L’émission « Trajectoires » diffusée sur les ondes de RDS est l’une de mes émissions préférées. Chaque épisode relate le parcours souvent sinueux de plusieurs anciens joueurs qui ont réussi à atteindre la LNH. La semaine passée, c’est l’histoire de PJ Stock qui a été raconté. Pour ceux qui ne le savent pas, PJ a été un des plus grands guerriers à avoir évolué dans la LNH avant de travailler comme analyste à RDS. Je voulais écrire ce blogue pour lui rendre hommage et souligner le parcours incroyable qui lui a permis de réaliser son rêve et de disputer 235 parties dans la LNH. Plusieurs chemins peuvent t’amener vers la réalisation de ton rêve et PJ Stock en est un bon exemple.

Un chemin difficile pour se rendre à la LHJMQ
À 16 ans, PJ s’est fait retrancher du Midget AAA et il n’a pas été repêché dans la LHJMQ. Il s’est donc expatrié en Ontario pour jouer pour les Lumberkings de Pembroke dans la Ligue Junior A. Ce n’est qu’avant sa saison de 19 ans qu’il reçoit une invitation d’une équipe de la LHJMQ. Son frère Dean venait d’être repêché en 1ère ronde par les Tigres de Victoriaville et l’organisation a eu l’intention de réunir les deux frères.

Une des plus grandes rivalités de ma carrière
Dès son arrivée dans la LHJMQ, PJ Stock s’est établi comme un agitateur et un des meilleurs bagarreurs de la ligue. Je ne peux même pas compter le nombre de fois qu’on s’est battu au cours des deux saisons où j’ai joué contre lui. J’ai l’impression que je me suis battu avec lui à chaque partie et c’était une guerre à chaque fois! J’ai toujours eu le plus grand respect pour PJ et je pense que c’était réciproque. Il n’y a jamais eu de coups salauds entre nous. Seulement deux gars qui faisaient ce qu’ils avaient à faire pour contribuer au succès de leur équipe.

Deux différentes directions
Après avoir terminé sa carrière junior, PJ Stock participe au camp des Rangers de New York et il impressionne suffisamment pour que les Rangers lui offre un contrat de la Ligue Américaine… Il refuse! Il avait déjà signifié à l’Université St.Françis Xavier qu’il jouerait pour eux. Toute la saison, les Rangers le suivent et ils l’invitent encore une fois à leur camp. Cette fois, il accepte l’offre des Rangers et commence la saison avec le Wolfpack d’Hartford dans la Ligue Américaine. Ses débuts dans la AHL sont fracassants… 16 combats en 9 matchs !!! Il attire l’attention des Rangers et se fait rappeler quelques mois plus tard. Il va jouer 38 parties dans la LNH à sa première année professionnelle.

Pendant ce temps, j’en suis à ma deuxième année dans la ECHL et même si je suis reconnu comme un des meilleurs bagarreurs de la ligue, je n’ai pas encore été rappelé une seule fois dans la Ligue Américaine ou la Ligue Internationale. L’émergence de PJ est une nouvelle encourageante pour moi qui me permet de continuer de croire en mon rêve. Un joueur qui pratique le même style de jeu et qui mesure sensiblement la même grandeur que moi. Tout est encore possible!

Par contre, ce n’est qu’après ma 3ème année dans la ECHL que je reçois une invitation pour un camp de la LNH et je commence ma 4ème saison professionnelle dans la AHL. Après seulement 10 parties, je suis de retour dans la ECHL. Le rêve semble de plus en plus devenir un lointain mirage… Après cette 4ème saison professionnelle, je décide d’aller jouer en Angleterre et le rêve de la LNH est définitivement terminé.

Pendant ce temps, PJ Stock continue de faire la navette entre Hartford et New York. À 25 ans, son contrat vient à échéance et il signe avec les Canadiens de Montréal. Un passage qui sera de courte durée et il sera échangé aux Flyers de Philadelphie contre Gino Odjick. Il terminera la saison avec les Flyers et sera soumis au ballotage avant le début de la saison 2001-2002. Il est réclamé par les Bruins de Boston et c’est là qu’il connaîtra les meilleurs moments de sa carrière.

Une carrière exceptionnelle
Pour certaines personnes, la carrière de PJ Stock peut paraître peu spectaculaire. Pour moi, ce qu’il a accompli est exceptionnel! Est-ce que tu connais beaucoup de joueurs qui ont été retranchés dans le Midget AAA, qui ont débuté leur carrière dans la LHJMQ à 19 ans, qui n’ont jamais été repêché… et qui ont réussi à jouer 235 parties dans la LNH? C’est tout simplement remarquable!

Est-ce que je peux te confier quelque chose? PJ Stock a joué pour mes 3 équipes préférées dans la LNH… Les Bruins de Boston, les Flyers de Philadelphie et les Canadiens de Montréal! J’aurais tout donner pour connaître la carrière qu’il a connu… Ce n’est pas de l’envie mais bien de l’admiration que j’ai pour lui. Il n’a jamais arrêté de croire en son rêve. Sa détermination, son attitude exemplaire, son courage et sa résilience lui ont fait gagner le respect de toute la communauté du hockey. Ce n’est pas par hasard qu’il est encore impliqué dans le monde du hockey. Il a été un vrai tout au long de sa carrière et beaucoup de gens impliqués dans le hockey s’en rappellent.

Dans « Trajectoires », PJ Stock mentionne qu’il avait toujours eu la mentalité de Rocky et qu’il voulait qu’on se souvienne de lui comme un gars qui aurait fait n’importe quoi pour aider son équipe. Et si tu essayais cela… Une mentalité de guerrier et te sacrifier pour ton équipe à toutes les parties! Peut-être bien que ça peut t’amener toi aussi à réaliser ton rêve…

Si tu veux en connaître davantage sur le conditionnement mental… Suis-moi sur Facebook!